dessin d'après le tableau American Gothic de Grant Wood.

SHAKERS DESIGN

La peinture américaine des années 30 s’expose au Musée de l’Orangerie à Paris. Ce Jeudi 10 Novembre 2016, au lendemain des élections américaines, je m’interroge sur ces années qui ont forgé le Design minimaliste d’aujourdh’ui. C’est aussi une période qui a vu émerger certains contrastes américains avec la puissance industrielle d’une part et le retour à la terre d’ autre autre.

grant_wood_-_american_gothic_-_google_art_project

Le double portrait de Grant Wood intitulé « American Gothic » fait écho au travail du Douanier Rousseau dans un style naïf et archaïsant. Le couple est représenté par les rôles traditionnels des hommes et des femmes de l’époque. La fourche symbolise le travail de la terre pour l’homme, les fleurs et la maison suggérant la vie domestique de la femme. Il y’a dans cette vision séduisante du monde rural, un hommage aux traditions du Midwest américain d’une part et de l’autre une satire du puritanisme rural.

Le regard lointain de la femme suggère les inquiétudes avec le début de la Grande Dépression. A travers cette fenêtre, je devine l’intérieur meublé de cette maison …

shaker2

La communauté protestante des Shakers fondée en 1770 exilée sur le nouveau monde s’insinue par son austérité radicale dans les intérieurs américains de l’époque. Le mobilier, dépouillé de tout ajout décoratif, longtemps considéré comme purement fonctionnel apparaît aujourd’hui par ces lignes sobres et strictes comme un mouvement précurseur du Design minimaliste.

image2

Charles Sheeler reproduit parfaitement dans ce tableau intitulé « Home Sweet Home » daté de 1931, l’un de ces intérieurs avec un rocking chair et des meubles de qualité que les Shakers fabriquaient eux-même. A l’époque, cet artiste autorise même la reproduction de ses collections de peintures par des aquarellistes pour documenter l’État sur les arts traditionnels et les motifs textiles qu’il décline à l’infini dans ses peintures.

image3

Le Designer italien Gio Ponti en 1951 décline une série de chaises Legera dans un style épuré avec des lignes qui pourraient faire penser aux buildings de cette huile sur toile du même Charles Sheeler.

image1

Dans les années 40, Charles Sheeler prend en photo les rues de Manchester et par le jeu de double exposition donne à voir une vision sous plusieurs angles de la ville moderne. 

Le fauteuil de la série« The Hidden Chairs », réalisé par le studio de design Ibride est présenté en Janvier 2013 au Maison & Objet à Paris. Les montants, les accoudoirs et les dossiers de ce fauteuil en multipli de hêtre semblent s’entremêler. Observé sous un certain angle ce fauteuil déstructuré joue sur nos perceptions.

image4 Les propositions minimalistes inspirées par la nature se parent d’ intemporalité dans ces nouveaux intérieurs revisités par la collaboration de Bensimon et La Redoute.

Le Design de demain n’a pas fini de puiser son inspiration dans cette Amérique des Shakers vers toujours plus d’austérité et de radicalité …

gallery_bensimon_2015_table_001