MATÉRIALITÉ DE L’ INVISIBLE

Voici une exposition étonnante :  » Matérialité de l’invisible »  à découvrir dans les écuries du 104 à Aubervilliers. Cette exposition au titre énigmatique présente l’archéologie et le rapport de l’homme à son environnement au travers de différents points de vue d’artistes plasticiens.

 

Le sucre et sa cristallisation dans les objets du quotidien sont au centre de la pratique d’Agapanthe, ce duo d’artistes plasticiens composé de Florent Konné et Alice Mulliez.
Une couche Pampers et une bouteille de soda prennent une nouvelle dimension recouvertes toutes deux de cette épaisse couche de sucre. Notre société de consommation boulimique fige ses restes dans l’instant présent.

photo 1-1photo 5

De même, les fragments d’un site imaginaire qui disparaissent au fil de l’exposition, nous donnent à contempler les derniers vestiges d’une archéologie menacée par l’action – invisible ou pressentie – des hommes.
J’ai en tête ces tristes exemples de la cité de Palmyre ou de Tombouctou en proie au islamistes radicaux qui ont déclaré la guerre au passé. Le fanatisme religieux les pousse à détruire par pure ignorance des textes sacrés des sites archéologiques préservés.
Ce documentaire sur Arte est passionnant.